Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 07:19
Logo de la CNILLa loi "informatique et libertés" impose aux organismes de garantir la sécurité des données contenues dans les fichiers qu'ils exploitent.
A l'appui de cette exigence, généralement traduite par des mesures exercées par les directions des systèmes d’information (DSI) ou les responsables informatiques, la CNIL propose sur son site depuis le 12 ocrobre 2009 un dossier sur les "10 conseils pour sécuriser votre système d’information".

1. Adopter une politique de mot de passe rigoureuse
2. Concevoir une procédure de création et de suppression des comptes utilisateurs
3. Sécuriser les postes de travail
4. Identifier précisément qui peut avoir accès aux fichiers
5. Veiller à la confidentialité des données vis-à-vis des prestataires
6. Sécuriser le réseau local
7. Sécuriser l’accès physique aux locaux
8. Anticiper le risque de perte ou de divulgation des données
9. Anticiper et formaliser une politique de sécurité du système d’information
10. Sensibiliser les utilisateurs aux "risques informatiques" et à la loi "informatique et libertés"

Pour cela les utilisateurs du système d’information doivent donc être particulièrement sensibilisés par le biais de formations, de notes de service, ou de fiches pratiques.
Nous avons aussi évoque l'importance de la "charte informatique" à l'heure des nouveaux médias à faire accompagner d’un engagement de responsabilité à signer par chaque utilisateur.

Repost 0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 07:00
Galaxie des logos des moteurs de rechercheLes blogs à côté des sites d'entreprise sont d'une utilité qu'il n'est plus besoin de démontrer.
Nous ne manquons pas de présenter ceux qui sont bien dans la philosphie du "truc".
C'est le cas de celui du cabinet conseil en communication web CWM Consulting de Lyon qui propose un contenu aussi riche qu'intéressant.
Les derniers billets sur la rédaction web, l'optimisation des textes d'un site, les annuaires web et les limites du référencement naturel sont des exemples du genre.
Et le cordonnier n'est pas le plus mal chaussé, car à côté du blog d'entreprise il s'est aussi placé sur Facebook, Twitter, Viadeo (c'est par là que nous l'avons découvert), Linkedin.
Le blog indique aussi des sites traitant du fond du sujet qu'est la communication web.
Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 06:56
Copie écran lors d'un test SpeedtestIl existe un grand nombre d'utilitaires pour mesurer le débit de sa connexion, mais vous serez bluffé par la qualité de Speedtest.
Tout y est, il vous positionne sur une mappemonde en fonction de votre adresse IP, identifie votre fournisseur d'accès, puis propose de tester :
  • le ping vers un serveur autre que celui qu'il vous propose, à choisir en pointant la souris sur un point du monde,
  • le débit descendant,
  • le débit ascendant.
Plusieurs mesures vers des serveurs différents démontrent bien, si besoin était, que la valeur du ping observé n'est pas proportionnelle à la distance.
A tritre d'expemple, il est trois fois plus important entre La Réunion et l'Afrique du Sud, qu'entre La Réunion et la Métropole !
Merci à Jean-François Magnier pour nous avoir fait découvrir ce test.
Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 07:15
Affiche commune de fenuasoft et de lolota.pfL’association LoLiTa a pour objet la promotion, l’aide au déploiement et le développement en Polynésie Française des logiciel libres, open source et/ou alternatifs en général et du système d’exploitation GNU /Linux en particulier.
Elle soutient le projet FenuaSoft, une compilation de Logiciels Libres créée sur le Fenua, pour le Fenua ("petit territoire à l'organisation ancestrale polynésienne").
Ce projet a pris la forme
  • d’un cédérom qui contient 40 logiciels pour PC.
  • d'une version est consultable sur internet et hébergée à Tahiti.
La page d’accueil du site de l’association présente les articles de rédacteurs bénévoles de Tahiti et des îles, du plus récent au plus ancien.
Pour être tenu au courant des actions il existe une lettre d’information et un abonnement à un fil rss et un forum local
Le site lolita.pf est géré à l'aide du gestionnaire de contenu libre spip utilisant le "plugin" du squelette ahuntsic que nous apprécions beaucoup pour sa facilité de mise en oeuvre et les nombreuses fonctions de personnalisation.
Repost 0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 07:12
Carte en vue satellite avec marqueurs d'emplacementsUMapper regroupe une communauté active qui propose des solutions pour mettre en ligne facilement des cartes interactives.
A partir d'un fond de carte on peut ajouter, coloriser et numéroter des :
  • marqueurs,
  • courbes,
  • polygones de surfaces,
  • rectangles,
  • cercles.
Les fonds de carte proposés sont celles de Bing, Google, OpenStreetMap, Yahoo, CloudMade (Standard ou Stamen).
Pour les zones denses de La Réunion le niveau de détail des cartes Google est assez bien renseigné (nom des rues, mairies, églises, agences postales, courts de tennis !).
On peut utiliser les fonds de plans en mode carte, satellite, mixte et courbes de niveau.
Le service de base est proposé en version gratuite, avec un lot d'API open source et une version plus élaborée est facturée au nombre de visites (somme modique : de 5.260 vues pour 1 $ US jusqu'à 1 million de vues par mois pour 179 $ US, chaque zoom compte pour une vue).
Nous avons découvert ces fonctions il y a une petite semaine et déjà, ou coup de chance, une mise à jour intéressante est sortie avec un lot de symboles pour les marqueurs de la carte.
Dans l'esprit communautaire, les symboles réalisés pour un besoin personnel peuvent être partagés.
Sur les marqueurs le titre est affiché au survol et au clic une bulle d'information (textuelle ou image téléchargée) s'affiche.
Des statistiques de vistes des cartes mises en ligne sont aussi disponibles.
En plus du lot d'API des plugins sont prévus, le plugin pour Wordpress est déjà disponible
A la manière des YouTube et autres communautés de partage, le code HTML ou le "permalink" associés à la carte sont proposés.
Le permalink du petit test d'évaluation
Repost 0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 06:39
Mincro ordinateur portable sur une terrasse devant une piscineAvec la psychose des effets de la grippe H1N1 sur les effectifs en entreprise, de nombreuses solutions de télétravail apparaissent comme un remède potentiel.
La société SGUI propose une solution simple et efficace permettant aux employés de travailler depuis chez eux, ou depuis des sites de secours, sans rien modifier au niveau de l'infrastructure informatique.
  • Ces technologies sont extrêmement simples à utiliser, la sécurité est de très bon niveau et il n’y a rien à installer sur le poste à partir duquel se connecte l'employé.
  • Chaque employé accède à distance à son poste de travail habituel, avec l’ensemble des logiciels qu’il utilise, sans restriction.
  • Le coût est de 15 € par mois par employé en télétravail (abonnement de 3 mois minimum)
Pour la partie technique, les grandes lignes de la solution sont :
  • Un logiciel client est installé sur les postes "professionnels" qui seront accessibles de l’extérieur. Un nom et un mot de passe est fourni. Il convient alors de définir le niveau de "fusion" souhaité entre le poste "professionnel" et le poste "personnel" (impression, copier-coller, transfert de fichier).
  • SGUI gère le lien entre chaque nom et mot de passe "utilisateur" et la machine "professionnelle" qui leur corresponde ainsi que le niveau de fusion soit paramétré.
  • L’employé distant se connecte à un site Internet, saisit son login et son mot de passe. Son poste "professionnel" apparaît et en un clic il prend la main dessus (procédure de connexion fournie et hotline utilisateur).
  • SGUI peut sortir un journal des connexions à la demande.
Repost 0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 09:30
Image écran d'un logiciel pour tester les contrastes des pages WebSi l'on explore le sujet de l'accessibilité des sites Internet, qui commence à faire partie des services rendus, on s'apperçoit que le développement et l'alimentation des sites doit prendre aussi des précautions pour l'accessibilité par des populations qui ne sont pas forcément recensées comme souffrant de handicap.
C'est le cas de 8% des hommes et de 0,45% des  femmes de la population française qui seraient daltoniens.
Pour adapter l'ergonomie d'un site Web à leurs besoins, des règles spécifiques de développement et de gestion du contenu s'imposent au niveau de l'utilisation des couleurs.
Comme il existe de nombreuses formes de daltonisme : rouge-vert, vert-brun,... il est impossible d'éviter de mettre sur un site toutes les couleurs qui pourraient être mal perçues.
Pour essayer de rendre les pages lisibles par tous, en premier lieu il convient de penser à utiliser un contraste élevé entre les couleurs de l'arrière plan et celles utilisées pour le contenu.
Plusieurs possibilités pour évaluer le résultat :
En plus de faire attention aux couleurs employées, il est conseillé de donner le moins de sens possible à la couleur ou de compléter par d'autres techniques le fait que le message peut ne pas passer vers toutes les cibles d'internautes.
Par exemple :
  • Distinguer les liens du texte normal en les soulignant,
  • Ne pas conditionner les actions de l'utilisateur en faisant appel aux couleurs (ex : "cliquez sur le bouton rouge" !!!),
  • Toujours prévoir une explication en texte compréhensible pour les images (attribut alt),
  • Ne pas être inclure de texte dans une image (surtout sans alternative) pour que l'utilisateur puisse l'agrandir ou utiliser sa propre feuille de style utilisant un contraste approprié à son défaut de vision.
Une approche de ces recommandations a été récemment mise en oeuvre sur le site d'information Europa.eu où l'internaute peut, en plus de modifier la taille des caractères, changer les couleurs de thèmes ou accentuer le contraste !
Repost 0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 07:32
Utilisateur connecté avec son mobile dans la rueC'est sous ce titre que Patrice BERTRAND, Directeur Général Smile - Open Source Solutions, publie une tribune d'expert dans le JdN.
Après un exposé de la problématique et la description des attentes différentes, il nous livre un véritable guide de bonnes pratiques pour aboutir à des sites Web mobile réussis destinés aux smartphones.
  • Réaliser une articulation entre Web et mobile (accès Web et mobile peuvent être clairement complémentaires)
  • Faire le meilleur usage de chaque pixel (résolution la plus courante est le HVGA, soit 320x480)
  • Fini les colonnes (viser la colonne unique)
  • Images réduites (redimensionner les images)
  • Mise en page élastique (hétérogénéité du parc d'écrans)
  • Pages hautes (pages hautes que le lecteur fera défiler à sa guise plutôt que de patienter de nombreuses fois pour des chargements de pages réduites)
  • Contenu d'abord, navigation ensuite (menu supérieur très compact, liens de navigation plutôt en fin de page)
  • Moins de saisie (privilégier la simple sélection de liens, et éviter les saisies au maximum, navigation "au doigt")
  • Des pages légères (viser des pages de moins de 100 kO, viser plutôt les 50 kO si possible)
  • Navigateurs divers (miser sur la simplicité pour assurer la compatibilité, bien faire un site pour tous les smartphones)
  • Ajax, doucement (page légère donc plutôt la rafraîchir en entier)
  • Flash, pas pour tout de suite
  • Les vidéos (invoquer les players externes plutôt que vignette incrustée dans la page)
  • Moins de contenus (envisager le site mobile comme sous-ensemble du site Web)
  • Reconnaître les internautes mobiles ( proposer sous-domaine en http://mobile.votredomaine.fr., reconnaître les mobiles au moyen du paramètre "user-agent" les mobiles et les rediriger automatiquement vers le site mobile)
  • La gestion de contenus victorieuse (impérativement construire le site mobile avec les mêmes outils que le site Web)
En guise de conclusion Fabrice Bertrand insiste sur le retour à la simplicité, et l'importance à attribuer au fond avant la forme.
Pour la forme, la conception d'un site pour mobile nécessitera moins de graphistes créatifs, et plus d'ergonomes avisés et de concepteurs de services maîtrisant ce nouvel accès.
Et surtout bien avoir présent à l'esprit que le site mobile n'attirera qu'une petite part d'audience !
Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 07:54
Logo GoogleGoogle propose depuis peu un outil (encore en version beta) appelé "Rich Snippets Testing Tool " , sur son portail Webmaster Tools, qui permet de contrôler l'affichage du résumé d'un site Web sur les pages de résultats de recherches.
Il permet en entrant l'url de la page à contrôler de prévisualiser les "Rich Snippets" comme Google appelle les résumés enrichis publiés.
Ces résumés sont générés par le moteur à partir de données publiées par les sites Web, au format Microformats ou RDF.
Repost 0
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 09:55
Entonnoir où passe une fouleFrédéric LAPRAS, Président de R.Flex Progiciel, société qui se définit comme le leader français du e-recrutement, donne des conseils aux candidats pour "apprendre à parler aux moteurs de recherche des recruteurs".
Il nous apprend dans sa tribune d'expert du JdN que la plupart des cabinets de recrutements ou des services RH d’entreprises qui gèrent de gros volumes de candidats utilisent des solutions logicielles pour automatiser la publication de leurs offres d'emploi et la collecte des candidatures, via leur site internet et qui intègrent des outils pour automatiser le tri des CV.
Bien que le tri entièrement informatisé de CV soit interdit en France, Il nous explique que les solutions de ce type fonctionnent essentiellement de deux façons pour faciliter le "classement des candidatures" :
  • La première consiste à faire remplir un formulaire complet au candidat et à sélectionner sur le contenu des champs.
  • La seconde consiste proposer des formulaires courts et de joindre un CV numérique. (une solution intégrant des outils d'analyse sémantique pour "reconnaître" les informations contenues dans les CV reçus et les "injecter" automatiquement dans la base de données de candidats.
Une fois la reconnaissance de mots clés réalisée, et les CV sélectionnés, ils peuvent être triés selon la "méthode de scoring" (poids des mots clés) ou la "méthode de ranking" (nombre de fois où un mot est répété).
A partir de là, Frédéric LAPRAS fournit au candidat des méthodes pour optimiser son CV et apparaitre "en haut de la pile" :
  1. Utiliser le vocabulaire métier et/ou sectoriel dans son CV.
  2. Utiliser une terminologie qui va du plus générique au plus fin, du secteur d'activité à la compétence opérationnelle.
  3. Répéter les mots clés qui caractérisent ses compétences.
  4. Mentionner le nom des entreprises dans lesquelles on a travaillé, qu'il s'agisse d'un stage, d'un intérim ou d'une mission chez un client final en tant que prestataire extérieur (SSII), car c'est un critère utilisé par les recruteurs.
Ces conseils lui semblent tout aussi valables pour les candidats qui entrent leur profil dans des CVthèques consultées régulièrement par les professionnels du recrutement.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de DM Conseil - actualités TIC
  • Le blog de DM Conseil - actualités TIC
  • : L'information TIC vue par DM Conseil, cabinet de conseil TIC installé à l'île de La Réunion
  • Contact

Recherche

Archives