Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 06:40
E commercial dans un caddie de supermarchéMessage Business, Maximiles et l'agence MD ont organisé un jeu concours en fin d'année 2008 auprès des professionnels de l'e-marketing afin de connaitre les meilleures astuces en e-mailing pour passer les filtres antispam, optimiser les relances ou éviter de surcharger les destinataires.
Les techniques pour réussir peuvent différer selon que l'on s'adresse aux entreprises (BtoB) ou aux particuliers (BtoC).
En BtoB c'est le contenu qui compterait plus que la forme, d'ailleurs en cas de recherche graphique l'affichage risque d'être surprenant dans certains outils de messagerie électronique.
D'ailleurs trop d'images dans un email augmente les chances de le voir qualifier de spam, certains webmails n'affichant pas les images sans demande expresse de l'utilisateur.
Les fichiers d'adresses doivent être soignés, sur une année on a observé près de 9% d'adresses erronées (NPAI) engendrant pertes d'efficacité et frais de routage inutiles.
Le récupération d'adresse est permise en BtoB mais il faudra veiller à ne pas enfreindre le droit d'auteur sur certains annuaires et surtout essayer de collecter des adresses autres que les génériques afin d'envoyer des messages personnalisés.
A partir de l'étude des liens parcourus il sera possible de relancer les contacts sur le produit ou le service qui a retenu l'attention.
En BtoC aussi la conception du message doit retenir que les rendus à l'affichage ne sont pas les mêmes selon le client de messagerie et l'emploi du HTML peut limiter les distorsions.
Pour attirer le particulier sur un site il serait particulièrement astucieux de rédiger un objet accrocheur (sous forme de question?), placer plusieurs fois le même lien pour inciter à cliquer dessus et ne pas dévoiler l'intégralité de l'offre.
Segmenter sa base d'adresses selon la méthode RFM (Récence, Fréquence, Montant des derniers achats) permet d'augmenter le taux de conversion, une cible ne devant pas être trop sollicitée, RFM permettra d'optimiser les envois.
Pour que les messages parviennent le plus possible à leurs destinataires le contenu sera accompagné de services (si ce message ne s'affiche pas correctement..., vous pouvez vous désabonner à tout moment en..., vous recevez ce message car vous êtes abonné à ..., enregistrez l'adresse émetteur pour que votre filtre anti-spam ne vous prive pas...).
Un taux de clics ou de conversion dépend aussi de la période pendant laquelle est reçu le message.
Et tous les professionnels s'entendent pour dire que ces règles générales ne peuvent représenter que des bases qui seront confirmées ou non par la multiplication des tests et la comparaison des résultats obtenus.
Repost 0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 06:57
Ambiance sportive de bureau en dessinPour tous ceux qui ont un emploi sédentaire et restent souvent devant un ordinateur, le JDN recense et explique dans un dossier 10 exercices plus ou moins discrets pour faire du sport au bureau !
  • Jambes parallèles au sol - en restant assis sur son siège
  • Sur la pointe des pieds - lorsqu'on est debout dans la journée
  • Bras tendus - au dessus de la tête mains croisées et en poussant vers le haut
  • Les pieds surélevés - deux jambes relevées de 5 centimètres en contractant les abdominaux
  • Des haltères dans les mains - remplacées par des bouteilles d'eau :)
  • Le bras qui pousse le mur - debout incliner le corps vers le mur en pliant lentement le bras
  • Chevilles ouvrières - décrire des cercles avec la pointe du pied
  • Fessiers - serrer fort puis relâcher "mine de rien" !
  • Genou levé - contracter les abdominaux en levant un genou sous la table
  • Assouplissements - pour éviter bloquages du cou, douleurs à la colonne vertébrale...
Les explications de ces exercices sur le site du Journal du Net
Repost 0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 09:15
Oiseau bleu logo de twitterPlace des réseaux a publié un "guide pour bien démarrer sur Twitter" que nous reconmmandons à tous ceux qui se posent encre la question de bien baire sur le site de micr-blogging.
Il commence par rappeller que Twitter permet à ses utilisateurs (les "Twittos") d'envoyer  gratuitement des messages (les "tweets", "gazouillis" en français) de 140 caractères maximum par Internet ou par SMS avec pour but de suivre et d’être suivi dans une logique de réseau social.
Il liste la démarche pour se mettre en bonne position pour bien réussir :
Étape 1 : choisissez le nom d’utilisateur qui va faire votre succès !
Étape 2 : réussissez votre présentation (la « Bio » sur Twitter)
Étape 3 : créez un profil attractif
Étape 4 : personnalisez votre page
Étape 5 : suivez les twittos et faites-vous suivre
Les 4 principes à respecter
1 - Inutile de suivre des Twittos si votre profil n’est pas complet
2 - Sélectionnez un seul domaine d’activité par profil Twitter
3 - Ne publiez pas en masse
4 – Privilégiez l’interaction, posez des questions et réagissez aux Tweets des autres membres


Repost 0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 09:07
Utilisation application web sur mobileFrédéric de Villamil nous délivre 7 conseils pour développer une application Web mobile
Support fonctionnel limité, bande passante... Concevoir une bonne application mobile ne va pas sans contraintes.
Le point sur quelques bonnes pratiques.
Le portage pur et simple, quasi systématique, sans imagination d'applications Web classiques, et l'émergence de "me too" sans cesses renouvelés montrent le dynamisme du Web mobile, encore inimaginable chez nous il y a quatre ans après les échecs de l'iMode et du WAP.
Concevoir une bonne application mobile n'est pourtant pas sans contraintes.
Contraintes de support d'abord, un téléphone n'offre pas les mêmes possibilités qu'un ordinateur traditionnel.
Contraintes de bande passante ensuite, puisque même les offres mobiles les plus rapides semblent nous ramener dix ans en arrière.
Parallèlement à cela, les usages mobiles évoluent et sont devenus une catégorie à part, très volatile et exigente qu'il convient de satisfaire.
Dans cet article, je vous propose une liste de sept conseils indispensables si vous voulez créer la prochaine killer app mobile de demain.
Indispensables, mais pas suffisants, bien sûr.

1. Rappelez-vous que le téléphone est un outil communiquant, donc social
Le téléphone est avant tout un outil social. Il permet de nouer des relations sociales, ou de tisser le lien de son réseau en prenant des nouvelles de ceux qui nous sont proches.
L'arrivée des forfaits data à un prix abordable et la généralisation du haut débit pour les mobiles ont permis de diversifier les modes de communication à partir d'un téléphone mobile.
À la voix et au SMS se sont ajoutées la messagerie instantanée, permettant de passer d'une relation one to one vers une relation many to many.
Votre application mobile devra refléter cet aspect communiquant, par exemple en proposant des portails vers les principaux services de messagerie et les principaux réseaux sociaux du marché.
Qu'il s'agisse d'import ou d'export de données, les fonctionnalités choisies et le mode opératoire devront respecter les pré requis à toute application mobile : faible débit possible, taille limitée de l'écran, absence de dispositif de pointage traditionnel.

2. Tirez parti de l'aspect mobile
À l'inverse d'un ordinateur même portable, le propre d'un terminal mobile est la mobilité.
Cela signifie deux choses.
Vouloir adapter une application faite pour un ordinateur traditionnel sans vraie réflexion mobile est voué à l'échec.
Les contraintes d'une application mobile en termes d'ergonomie, de poids, mais également de fonctionnalités ne sont pas les mêmes que pour une application desktop.
Vos besoins ne sont pas les mêmes selon que vous soyez assis à votre bureau ou quelque part dans la rue.
Vous devrez donc tirer profit des fonctionnalités spécifiques des terminaux mobiles.
Parmi celles-ci, la géolocalisation va prendre de plus en plus de place à mesure que les appareils s'équipent en GPS, notamment pour proposer des services et des résultats géographiquement proches.
Un exemple : allocine.com
Depuis mon bureau, devoir passer par la fiche d'un film avant de faire une recherche plus poussée sur les salles le diffusant dans ma ville ou mon département ne pose pas trop de problèmes.
Il n'en est pas de même sur une interface mobile, à partir de laquelle je m'attends à avoir par défaut, la liste des films diffusées dans les salles géographiquement proches de moi, et, pour un film en particulier, la liste des salles proches de moi le diffusant dans les heures à venir.

3. Prenez le parti de la simplicité et de l'utilisabilité
Même si les terminaux mobiles ont fait beaucoup de progrès en termes d'utilisabilité et d'ergonomie, leurs utilisateurs sont toujours handicapés par rapport à celui d'une machine de bureau.
La taille du clavier et de l'écran ne sont pas les seuls freins à une utilisation productive et efficace des applications.
Les premières pistes de réflexion dans la création ou le port d'une application Web ou desktop classique doivent s'orienter vers la simplification.
 Simplification fonctionnelle, en supprimant tout ce qui n'adresse pas directement les utilisateurs mobiles, sans pour autant dénaturer l'application.
 Simplification de l'interface, afin de rendre plus facilement accessibles les éléments importants.
 Simplification du parcours utilisateur, afin notamment de rendre accessible l'ensemble des fonctionnalités depuis le premier ou le second écran.

4. Renouvelez vos contenus
La première qualité d'une application mobile est de faire revenir ses utilisateurs de manière régulière et quasi compulsive.
N'espérez donc pas les attirer, et encore moins les conserver, avec des contenus statiques.
Twitter l'a bien compris, en devenant la première application Web mobile vraiment massive.
Où que je sois, je n'ai besoin que de deux clics pour envoyer ou recevoir mes messages et rester en contact avec mes correspondants.
Le format court des 140 caractères est parfait pour les utilisateurs de mobiles, et surtout, le contenu change tout le temps.
Il en va de même pour les journaux sur mobile, comme Libé Expresso, Le Monde ou 20 minutes, qui permettent un accès à l'information depuis n'importe où, de manière totalement instantanée, sous un format beaucoup plus propice à la récolte d'informations fraîches moins encombrant (ni salissant d'ailleurs) que leurs grands frères papier.

5. Offrez une vraie personnalisation à vos utilisateurs
À force d'utilisation en toutes circonstances, le terminal mobile finit par refléter la personnalité de son propriétaire, et les fabricants d'accessoires ont tout intérêt à ce que cela continue.
Offrez aux utilisateurs de votre application mobile une personnalisation maximum, sans toutefois perdre en utilisabilité. Pour eux, d'abord, en étant plus souple sur l'aspect de votre application.
Proposez des couleurs ou des skins personnalisés, sans pour autant oublier les contraintes liées aux terminaux mobiles que ce soit pour leur apparence ou pour le mode de mise en place.
Permettez leur également, et surtout, de personnaliser leur profil, particulièrement si d'autres utilisateurs peuvent y accéder.

6. Définissez un ticket d'entrée minimum, et garanti
Il existe plus de 500 user agent existants sur plate-forme mobile, et toutes n'ont pas les mêmes capacités.
La taille de l'écran, les spécifications techniques des terminaux, mais également des navigateurs doivent guider votre choix pour un ticket d'entrée minimum.
Une fois ces pré requis définis, tenez vous y.
Si vous lancez une application Web mobile, les principaux obstacles rencontrés concernent la compatibilité CSS et Javascript.
Une approche en amélioration progressive est alors la meilleure, afin de garantir la meilleure expérience utilisateur possible sur les terminaux "haut de gamme".
À contrario, si vous décidez de créer une application non Web pour les terminaux mobiles, votre problème sera plutôt de choisir avec quel langage développer.
Bien qu'à mon avis, si l'on veut toucher un maximum de monde, développer une application dédiée est suicidaire, excepté peut être pour l'iPhone.

7. Pensez léger
Même si les points d'accès Wi-fi et les forfaits mobiles haut débit ont tendance à se populariser, les premiers ne sont pas accessibles partout, et la couverture des seconds n'est pas universelle.
Concevez vos applications Web mobiles pour les lignes GPRS, elles n'en seront que plus confortables sur les lignes plus rapides.
Cela passe notamment par quelques points importants :
Redimensionnez les images avant de les envoyer sur le Web.
Préférez des images au format JPG, et diminuez la qualité à 60% maximum.
Libération Expresso fait exactement ce qu'il ne faut pas faire en chargeant des images pouvant aller jusqu'à 400 pixels de large sans en réduire la taille.
Ce seul point explique les temps de téléchargement de cette application par ailleurs excellente.
Fuyez comme la peste les frameworks Javascript qui font le café.
Il est inutile d'embarquer 500ko de Javascript pour utiliser trois ou quatre méthodes.
Ne chargez pas tout le contenu du premier coup si vous pouvez faire autrement, notamment sur les pages de contenus importants.
Une solution est de charger les premiers articles d'une liste, puis de pré charger la suite en Ajax.
La page arrivera donc sur le terminal plus rapidement.
Et voilà, il ne vous manque plus que deux choses, pour créer une application mobile à succès : un concept innovant et addictif, et un vrai business model.

Texte publié par Frédéric de Villamil sous Créative Commons BY NC ND 2
Repost 0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 11:09
Bureau avec des widgets installésLes Widgets (Windows Gadgets) s'installent sur le bureau de l'ordinateur et évitent de passer par le navigateur Web pour accéder à l'information.
Le Journal du net nous indique et nous commente un certain nombre de widgets mis à disposition par les e-marchands.
On y trouve des informations sur leur coût de développement, les informations qu'ils délivrent, leur nombre de téléchargements,...
  • VPBubble est un widget lancé par le site de ventes événementielles Vente-privee.com en juin 2008
  • Search and Monitor de e-Bay qui évite de raffraichir la page du navigateur pour suivre une enchère en ligne
  • TGV&Moi de la SNCF, pour Windows Vista, informe de l'état du trafic et permet de consulter les horaires des trains
  • UPS pour un accès rapide au site du leader mondial du colis rappide et la réception de flux RSS d'actualité
  • Cdiscount un widget Windows Vista depuis 2007pour suivre les dernières ventes flash, les ventes privées en cours et à venir
  • Fnacmusic affiche l'actualité du style musical préféré de l'utilisateur, les meilleures ventes, les nouveautés et les avant-premières
  • Alertes Shopping de Shopping.com surveille les offres des cybermarchands
  • JCPToday du vépéciste américain J.C. Penney est un widget plus large et plus complexe que la plupart des autres widgets
  • Easy Button de Staples (2ème site US derrière Amazon) pour être informé des nouveaux produits, effectuer des recherches dans le catalogue, réaliser des achats et trouver un point de vente
  • My Deals de Toys 'R' Us pour se tenir au courant des dernières offres spéciales (une version Web est également pour être intégrée sur Twitter, Facebook, Youtube ou sur des blogs d'internautes).
Repost 0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 08:27
Sumotori en position de combat devant un ordinateurLe freeware SUMo édite par KC Softwares repère tous les logiciels présents sur l'ordinateur et indique si des mises à jour sont nécessaires.
Il dresse un tableau (en anglais) du recensement qu'il a effectué sur la machine, y compris les versions bêta.
On y retrouvera les applications, les antivirus, les firewall, les jeux, les navigateurs ainsi que les utilitaires.
Contrairement à ce que son nom laisserait penser, SUMo est peu gourmand en ressources système et de petite taille (1,5 Mo).

Télécharger SUMo sur JDN téléchargement
Repost 0
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 07:31
Aperçu du widget qui sera installé sur le bureauUn nouveau widget est disponible sur le site lachainemeteo.com pour afficher les prévisions pour un choix de 3 villes sur le bureau de l'ordinateur.
Il permet de voir en permanence les prévisions à trois jours et d’accéder aux vidéos commentées par des présentateurs spécialisés
La réactualisation se fait toutes les 15 minutes.
Un onglet orange signale une alerte en haut du widget en cas d'alerte sur une des villes suivies.
Par ailleurs le widget peut être personnalisé au niveau de la couleur.
Il peut être animé par la mise en rotation des villes favorites selon une périodicité choisie (5, 10, 15 ... secondes jusqu'à 1 minute).
Le widget de lachainemeteo.com fonctionne aussi bien sur Windows, Mac ou Linux.
Pour installer le widget de la chainemeteo.com
Repost 0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 07:46
Caddie de supermarché avec un symbole e-commerce à l'intérieurAutant bien utilisé, le mail est un élément important de la relation client, autant l'inverse peut être catastrophique.
Il faut avec ce média savoir toucher au bon moment les bons contacts.
Pour optimiser un programme de relation client par mail quelques précautions de base sont nécessaires.
  • Proposer un traitement privilégié au nouvel inscrit sur une plate-forme de e-commerce peut faciliter sa conversion en un nouveau client. Des mails différents envoyés périodiquement chaque semaine pendant le premier mois peuvent inciter par exemple à passer une première commande. Si la concrétisation n'est pas au rendez-vous, on s'en servira dans le cadre de l'information générale comme pour les autres clients.
  • L'acheteur ne peut être considéré comme un client de la plate-forme que s'il repasse commande après son premier achat. En effet le premier achat est souvent le résultat d'une impulsion qui ne garantit aucune fidélisation par la suite. La commande peut servir à maintenir la relation client en vue de générer de nouvelles ventes. En confirmation de l'enregistrement d'une commande, l'envie d'achat peut être suscitée avec un autre mail proposant des produits associés (cross-selling), comme la housse du portable commandé, ou des produits dérivés (up-selling), comme des CD du même artiste. Plus simplement ces mails après achat peuvent permettre de transmettre des marques de considération, comme l'interroger sur sa satisfaction après cet achat ou encore le remercier d'avoir passé commande.
  • La personnalisation des mailings et des newsletters est une meilleure garantie de prise en compte qu'un mailing de masse. Il est intéressant d'essayer de le faire à partir de l'historique des commandes du client, les paniers qu'il a abandonnés avant confirmation, ou encore les produits qu'il a consultés. La personnalisation du mail à partir de ce comportement croisé avec les données déclaratives du client permettent d'affiner la personnalisation.
  • Les plate-formes enregistrent un nombre important d'abandons de panier avant commande (75%). Ces abandons devraient être exploités peu de temps après (2 jours à une semaine) pour relancer l'acheteur potentiel par mail. Les causes d'abandons seront recherchées pour personnaliser le mail (si c'est au moment de fournir un numéro de carte bancaire - la personnalisation insistera sur le niveau de sécurité de la plate-forme, si c'est en consultation des produits, une offre promotionnelle pourra forcer la décision).
  • Après avoir défini un seuil pour classer le client en inactif, les relances par mail pourront là encore passer par la marque de considération (demander à quelle fréquence le client accepte de recevoir des sollicitations, à évaluer la pertinence des messages délivrés...). Ceci permettra aussi de véirifier la délivrabilité et donc de décider ou non de supprimer l'adresse mail du fichier.
Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 06:43
Exemple de page de diaporamaLe consultant doit convaincre et surtout gagner en légitimité lors d'une présentation d'un sujet devant un auditoire.
Il illustre très souvent son propos au moyen d'un diaporama présenté sur écran.
Le message à faire passer atteint rarement sa cible lorsqu'il est présenté au moyen d'un diaporama de qualité discutable.
Au lieu d'illustrer avantageusement le discours et en permettre la mémorisation, un diaporama mal conçu ne captive pas l'auditoire et fausse le jugement sur la qualité du présentateur.

Article sur les principes à retenir pour la conception d'un bon diaporama
Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 08:15
Jeune freelance affolé en regardant son ordinateur portableDans le secteur des TIC, le freelance évolue très souvent sur le marché par le biais d'intermédiaires lui trouvant ses missions.
L'indépendant doit apprendre à connaitre ce marché pour éviter les pièges.
Sans aborder les complications juridiques liés à la sous traitance en cascade, la commercialisation des consultants TIC ou développeurs indépendants n'est pas sans danger.
Au premier rang des pièges qui leur sont tendus figurent les sites Internet proposant de trouver des missions aux indépendants, ils sont devenus nombreux sur la toile.
Agissant généralement à partir d'une inscription "gratuite", ils sont confrontés à deux réalités économiques incontournables :
  • comment rentabiliser un site d'intermédiation juste par la publicité ?
Cela n'est possible que pour des sites ne nécessitant que peu d'hébergement et ne consommant pas de ressources humaines importantes.
Le service doit donc être payé par quelqu'un, les acheteurs et/ou les freelances.
  • comment faire payer à un client la mise en relation avec un prestataire, alors qu'il est habitué à le faire pour un recrutement ?
Tout est une question d'habitude qui évoluera dans le temps, mais actuellement ce n'est pas la tendance.
La conclusion concernant les sites "gratuits" pour les freelances est claire : les acheteurs ne peuvent être que des intermédiaires, qui eux acceptent de payer les frais d'annonce, obtenant en retour une rentabilité élevée.
Et ces intermédiaires peuvent être de deux types : une SSII en contact avec le vrai client et une simple structure commerciale "vendant du CV".
Ces derniers recherchent de bons profils freelance pour le compte de SSII, et la cascade commence.
Ces sociétés commerciales sont souvent délocalisées (Royaume Uni) et facilement identifiables par un freelance expérimenté par leur manque de compétences techniques.
Leur commercial se laisse piéger des plus facilement, le freelance ne manquera pas de le tenter à chaque contact.
Les indépendants sont souvent contactés par des sociétés ayant leur CV en main pour obtenir disponibilité et tarif.
Il leur faudra aussi reconnaitre les annonces destinées juste à remplir une base de CV : "Urgent, cherche 3 chefs de projets", sans aucune information complémentaire.
Il leur sera plus difficile de reconnaitre une fausse annonce rédigée intelligemment, ils ne s'en rendront compte qu'après coup alors qu'ils avaient toutes les compétences requises qu'ils n'ont ... jamais été contacté.
Le remplissage et l'animation d'une base de CV est un impératif de survie pour ces sites "gratuits" qui font payer les intermédiaires au forfait.
Le freelance identifiera aussi l'intermédiaire qui devant son indisponiblité demandera spontanément s'il ne connaitrait pas un confrère.
Utiliser un site payant n'est pas pour autant une assurance pour le client de trouver la perle rare adaptée à la mission qu'il projette, encore moins pour le freelance qui paierait pour s'incrire dans l'intention de décrocher des missions.
Il est très fréquent que le nombre de consultants indépendants soit-disant inscrits soit souvent très supérieur au nombre existant réellement.
Comme on le voit il est difficile pour un indépendant, comme pour celui qui le recherche d'ailleurs d'y voir clair dans ce marché biaisé.
Et quand la mission ou le client, existent vraiment, le passage par un (ou plusieurs) intermédiaire(s) prélevant leur commission, donne lieu à un marchandage cruel où le prix de marché n'entre plus en ligne de compte.
C'est pourquoi de nombreux indépendants ne s'y aventurent pas, ou plus après des tentatives malheureuses, ils diffusent leur CV spontanément et s'appuient sur leur propre réseau qu'ils s'attachent à construire le plus sérieusement possible.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de DM Conseil - actualités TIC
  • Le blog de DM Conseil - actualités TIC
  • : L'information TIC vue par DM Conseil, cabinet de conseil TIC installé à l'île de La Réunion
  • Contact

Recherche

Archives